18/08/2014

Fréjus : oui mais...

Depuis 2006, nous n'avons eu de cesse d’informer l'ensemble des élus, faisant valoir que la majorité des Fréjusiens étaient contre l’organisation de corridas.

En 2010, l’Alliance Anticorrida a fini par obtenir une réponse du maire Élie Brun : «  J'ai décidé qu’il n’y aurait plus de corridas dans l’amphithéâtre de Fréjus en cours de rénovation. »

Alliance anti-corrida

En 2014, alors qu'il s'était engagé sur la possibilité d'un référendum sur la corrida, David Rachline, élu maire, décide d'en abandonner l'idée. Le 22 avril son directeur de cabinet nous écrit : « L'absence de corrida à Fréjus est maintenue.

Mais le 22 août 2015, une « novillada sans picadors et sans mise à mort » est annoncée. Le maire répond alors à Claire Starozinski : «  Pas de sang, pas de banderilles, pas de picadors ; pas de panique ! Il s'agit juste d'une journée hommage à l'Espagne. »

 

En réalité, c'est une capea qui a été donnée ce 22 août à Fréjus : spectacle sans effusion de sang qui préfigure ce qui remplacera avantageusement la corrida, demain dans les arènes... Mais pendant vingt minutes, un jeune taureau, qui refusait de rentrer au toril a été entravé avec une corde sur laquelle certains pouvaient tirer tout à loisir ! Quel peut être l’attrait d’un spectacle aussi dégradant ?

Alliance anti-corrida

À la fin du spectacle, un groupe de membres de l'Alliance Anticorrida, mené par notre délégué Christian, s'est levé pour dire « Non à la corrida ». Geneviève a reçu alors, par l'arrière, un violent coup de béquille d'un aficionado... Une plainte a été déposée. L'Alliance Anticorrida a fait savoir au maire la violence que ce type de spectacle peut générer et le peu d'intérêt représenté par une manifestation durant laquelle des animaux sont ainsi humiliés...