07/2010

Caveiracois en colère !

Alliance anti-corrida

Des massacres perpétrés par des adolescents sur de jeunes taureaux étaient offerts par la Communauté d'agglo de Nîmes métropole sous le nom de Graines de toreros, dans certaines communes du Gard. En juillet 2010, Caveirac devait accueillir l'une de ces manifestations.

Refusant de cautionner la barbarie, des habitants avaient sollicité le concours de l'Alliance Anti-corrida et étaient parvenus à réunir près de 200 signatures en 48 heures, dans ce village de 3 000 âmes. La pétition plaidait pour « un geste d'humanité » : la transformation de la corrida en capea. À quinze heures, le maire, Bernard Bergogne, nous signifiait sa décision par téléphone : « la manifestation avec mise à mort de dimanche est maintenue  ».

En 2011, Caveirac disparaissait purement et simplement du programme officiel des festivités sanglantes... Et, en février 2012, on apprenait officieusement que Graines de toreros ne serait pas reconduit pour deux raisons principales : les positions inconciliables des organisateurs des deux écoles de tauromachie et le refus de la Communauté d'Agglo de renouveler une subvention de 90 000 euros. L'image donnée par les aficionados, dont la violence s'était exercée sur des militants désireux de faire annuler la finale de ces spectacles indignes, n'a certainement pas dû plaider en faveur d'une reconduction...