10/04/2018

Vers l'interdiction des arènes aux mineurs

 Députée Cazebonne.jpg

Le 10 avril 2021, la proposition de loi de Samantha Cazebonne, visantà protéger les mineurs de l’exposition à la violence exercée sur les animaux a été officiellement enregistrée au bureau de l'Assemblée nationale.

L'opinion générale est largement acquise à cette idée. L'Alliance Anticorrida l'a confirmé avec les résultats d'un sondage IFOP et des travaux sur lesquels s'appuie largement l'élue.

La députée soutient : « En janvier 2016, le Comité des Droits de l'Enfant, organe de l’ONU a explicitement recommandé à la France d’interdire l’accès des mineurs aux spectacles de tauromachie ou apparentés. Pourtant, de nombreuses villes dites "taurines" organisent des "ateliers tauromachiques", des journées entières dédiées à la découverte de la corrida, et offrent aux moins de 12 ans la gratuité des spectacles tauromachiques ».

« Le vote de cette loi marquerait la fin d'une incohérence », explique le Dr Jean-Paul Richier, psychiatre, et initiateur du Collectif PROTEC. « Puisqu'on interdit les films et les jeux de violence aux plus jeunes, à quoi sert-il de les protéger de la violence fictive si on les laisse regarder une violence réelle, et parfois plus traumatisante, comme l'attestent les témoignages de spectateurs choqués par ces exécutions chorégraphiées ? »

De son côté, Jean-François Courreau, professeur de zootechnie, s'exprime au nom du COVAC, collectif de deux mille vétérinaires opposés à la corrida : « On ne peut imposer comme modèle culturel les atrocités subies par les taureaux de corrida » Il rappelle que ces animaux ont été sélectionnées pour leur capacité à se défendre et non à attaquer. « Les enfants peuvent comprendre que lorsque la douleur est trop forte, non maîtrisable et irréversible, l'euthanasie peut être la moins mauvaise des solutions. Mais, ils ne comprendront pas que des souffrances soient volontairement infligées en prélude à une mise à mort froidement programmée. Leur imposer cette exhibition et la leur présenter comme un sport ou une culture est une forme de maltraitance à leur égard. »

Les députés de tous bords doivent maintenant cosigner ce texte pour qu'il soit discuté et adopté. Chaque citoyen peut participer en allant à la rencontre du député de sa circonscription.

Prendre part au projet en suivant ce lien