15/04/2014

Statut de l'animal : un premier pas

Alliance anti-corrida

Depuis quelques années, on constate une recrudescence des actes de cruauté et des sévices graves sur les animaux devenus un indicateur du mal-être de la société.

Le 15 avril, lors de l’examen du projet de loi sur la modernisation du droit, un amendement du groupe socialiste, présenté par Jean Glavany, député des Hautes-Pyrénées, a été adopté. Si l’animal n’est plus considéré comme un meuble au regard du code civil, le texte ne change rien au statut juridique de l’animal. Colette Capdevielle, députée des Pyrénées-Atlantiques et rapporteure, s’est empressée d’ajouter « Cet amendement n’entraîne aucune conséquence juridique, aucun effet juridique non maitrisé ».

Sans surprise, des amendements mettant en avant l’objectif du bien-être animal, déposés par Laurence Abeille, députée du Val-de-Marne, ont été rejetés. Notamment un sous-amendement visant, par cohérence, à interdire la corrida, et jugé « hors sujet » par Colette Capdevielle... On comprend mieux quand on sait que Jean Glavany et Colette Capdevielle sont deux procorrida notoires !

L'adoption de cet amendement représente nénmoins un signe de l'évolution des mentalités. Il faut maintenant aller plus loin et donner à l'animal un statut juridique. Mme Taubira, présente dans l'Hémicycle, a d'ailleurs évoqué la possibilité d'un débat parlementaire sur le sujet. « Les procorrida vont avoir de plus en plus de mal à faire prendre en compte des spectacles fondés sur des sévices graves et des actes de cruauté sur des animaux. D'autant que les taureaux sont considérés comme des animaux domestiques au regard du Code pénal » martèle Claire Starozinski, présidente de l’Alliance Anticorrida.

En savoir plus :


07/02/2014

colloque « Nous et l’Animal »

Alliance anti-corrida

Signataire de l’appel de l’Alliance Anticorrida et coprésidente d’Écolo Éthik, Chantal Jouanno a organisé, au Sénat, un colloque sur le thème : « Nous et l'animal » pour examiner le sujet sous les angles de la Science, de l'Économie, de l'Éducation et du Droit. L'association y était conviée en raison de son rôle reconnu dans la lutte contre la souffrance animale.

Les spécialistes français et étrangers étaient présents, comme Matthieu Ricard, membre d'honneur de l'Alliance anticorrida. Au fil des communications et des débats, l'assistance a ressenti à quel point la condition animale est devenue une préoccupation et constitue désormais un véritable enjeu pour notre civilisation.

En clôture ont été présentées les grandes lignes du rapport qui sera établi dans le prolongement de cette réunion et pris en compte pour l'élaboration d'une proposition de loi globale.

Le 21 février, à l'occasion du Salon de l'agriculture, François Hollande, président de la République, a exclu tout changement du statut des animaux, reniant ainsi ses engagements de 2012. Chantal Jouanno et Laurence Vichnievsky s'en étonnent...