Les chevaux de picador

Alliance anti-corrida

Le cheval de picador a un œil bandé (parfois les deux, malgré l’interdiction) de façon à être soumis aux ordres de son cavalier mais aussi pour ignorer la présence du taureau dont la vue ne manquerait pas de le terroriser.

D’autant que par ses réactions, le cheval pourrait présenter un danger pour les acteurs du spectacle. Pour des raisons identiques, du papier journal serait profondément enfoncé dans le conduit auditif. Outre cette préparation contre nature, des sédatifs leur sont presque toujours administrés avant le début de la manifestation.

Inventé à Nîmes par les frères Heyral en 1921, le caparaçon, protection du cheval de picador, est régulièrement utilisé depuis 1928, date à laquelle il a été rendu obligatoire en Espagne. Son poids avoisine 25 kg. Alain Bonijol, qui organise des corridas privées en famille, a monté une entreprise en 1991. Il possède dix-huit chevaux capables de servir les picadors et fabrique les caparaçons dans son atelier. L’adoption de cette protection ne se fit pas sans mal, nombre d’amateurs estimant l'éventration nécessaire à la dimension du spectacle ! Quoi de plus amusant que le spectacle d’un animal qui s’enfuyait en déroulant ses intestins?

Malgré ce, lorsque le cheval tombe sous la charge du taureau et le poids du caparaçon il expose aux cornes plusieurs parties de son corps, vulnérables, car non protégées par le caparaçon : la tête, le cou, les pattes et surtout la partie du ventre laissée à nu pour pouvoir être éperonnée par le picador.

Il s’ensuit de graves blessures comme le 24 septembre 2000 à Floirac, près de Bordeaux, laquelle a provoqué une sortie des intestins. À Aire-sur-Adour et à Mont-de-Marsan deux chevaux de picador sont morts ces trois dernières années* (de 2004 à 2006) suite à des blessures similaires.

Aujourd’hui, je reste persuadée que si les chevaux avaient continué à être étripés de la sorte, l’audience aurait sensiblement diminué et la corrida décliné.

Mais, en dissimulant l’horreur, on la rend plus acceptable…

NDLR : * entre 2004 et 2006.

Alliance anti-corrida  télécharger le dépliant Chevaux de corrida

Les chevaux toreros

Alliance anti-corrida

Utilisés au cours des corridas équestres, eux ne bénéficient, d’aucune protection. Il leur arrive d’être grièvement blessés. Mais c’est pendant le dressage de quatre ans que se produisent les multiples accidents d’où le plus grand nombre ressort « cassé » (terme employé par les cavaliers). Ces chevaux doivent faire preuve d’une maîtrise totale car ils évoluent très près du taureau. Contraints d’effectuer tous les jours des pirouettes au cours desquelles le pied vrille, ils peuvent se retrouver brisés sous leur propre poids et celui du cavalier.

Paula Loïs, présidente de l’association CHEVAL, évoque le terrible destin de ces chevaux : « En 1998, j’ai recueilli Pueblo, un cheval de 33 ans couvert de pointes de feu. C’est le traitement réservé aux excellents chevaux afin de les prolonger. Je l’ai sauvé de la boucherie et j’ai mis plusieurs jours avant de pouvoir l’approcher pour le soigner tant il était terrorisé. Il était couvert de gale et devenait aveugle. Lorsque ces chevaux-là ne peuvent plus servir, on s’en débarrasse au prix de la viande et ils finissent à l’équarrissage. »

Pas de retraite pour ces chevaux là !

Luc Jalabert, organisateur de corridas équestres, reconnaît : « Il y a tellement de difficultés qu’il faut d’abord avoir toute l’année une écurie, la préparer en permanence, avec tous les accidents qui peuvent arriver. En 1982, j’avais des chevaux fabuleux, en 1983, accidents, fractures, je n’en avais plus. Tous mes chevaux massacrés ! » (Magazine du Gard. Mars 1992).

En Espagne, en octobre 2000, dans deux arènes différentes, deux chevaux sont morts éventrés par les cornes des taureaux.

Zalduendo, de Leonardo Hernandez est mort suite à une péritonite causée par une cornada (coup de corne) à Bayonne en juillet 2001.

Le 14 septembre suivant, lors d’une corrida de rejon à Los Ybenes, près de Tolède, Temporal, de Borja Baena, a été gravement blessé et transféré à la clinique vétérinaire de Guadalix. Deux jours plus tard, Ortega, de Sergio Vargas, a été tué en piste à Valladolid, suite à une cornada au poumon.

Le 29 avril 2012, à Séville, Xelim, cheval de Rui Fernandes, éventré par les cornes du deuxième taureau, a dû être euthanasié... Pendant ce temps-là,  le torero avait changé de monture pour continuer son sale boulot..