30 janvier 2015

Alliance anti-corrida

Lettre ouverte aux prétendus tenants des traditions qui bafouent la loi...

Nous ne pouvons souscrire aux contre-vérités, mensonges, menaces et injures proférés par nos détracteurs. L’Alliance Anti-corrida, l'OABA et la SPA du Pays d'Arles ne sont ni des « ayatollahs », ni des « intégristes », pour reprendre les propos indécents tenus à la presse au lendemain des événements dramatiques de janvier.
Prendre connaissance de l'affaire.

Alléguer que notre combat viserait à faire supprimer nos traditions relève d'une manipulation éhontée. Nous avons réaffirmé fortement à l’audience notre attachement aux manifestations de notre région, dès lors que l'intégrité du taureau est respectée.

Pourquoi visons-nous la seule Encierro à l’eyraguaise ?

- Parce que, sous cette appellation trompeuse, se camoufle le « Taureau à la corde », pratique interdite par les lois de la République ! Libre aux 77 maires présents, parait-il, le 15 janvier au cours d’un défilé de soutien à Eyragues, de se déclarer, par là-même, complices d'une infraction pénale (articles R 653-1 et R 654-1).

- Parce que ce jeu est déshonorant pour le taureau. Le biou est un animal noble et non un jouet à traîner dans les rues d'un village, dans les manèges et les fontaines.

- Parce que ce sont dles manadiers dignes de ce nom qui ont refusé, il y a plus de quarante ans, de continuer à faire participer leur bétail au « taureau à la corde », estimant la pratique « incompatible avec le respect du taureau » comme l'a affirmé Henri Laurent, le 20 novembre 1998, à Claire Starozinski dans un face-à-face sur Radio Typ.

Nous ne pouvons pas laisser dire que la SPA du Pays d'Arles est « financée par l'État, les impôts locaux et les subventions communales », alors qu’elle vit des cotisations de ses membres et des manifestations qu'elle organise. Les inqualifiables représailles que certains maires envisagent à l’encontre du refuge porteront avant tout préjudice aux communes qui utilisent ses services comme la fourrière, entre autres… Et qui recueillera les animaux abandonnés et blessés ? Ceux-la même qui accusent aujourd'hui les associations ?

L’Alliance Anti-corrida et la SPA du Pays d'Arles sont nées en terre de Bouvine et y plongent leurs racines. En témoignent nos actions : en 2014, pour assister le manadier Jérôme Bertrand dont un taureau avait été poignardé lors d’une abrivado, ou en 2011, pour le sauvetage de 102 taureaux laissés à l’abandon par le propriétaire de la manade Vassas...

Le manadier Frédéric Lescot, paradant sur son cheval en tête du défilé, a sans doute oublié qu’il a adressé, sans états d’âme, des factures de plusieurs milliers d’euros aux associations pour leur faire régler la pension des 102 taureaux rescapés !

Reste la question fondamentale. Où étaient tous ces amoureux des taureaux et des traditions (qui insultent et menacent de mort les dirigeants des associations) quand manadiers et bious étaient abandonnés de tous, et que seules l’Alliance Anticorrida, l'Œuvre d'Assistance aux Bêtes d'Abattoirs et la SPA du Pays d'Arles sont venues à leur secours ?

Poser la question c’est déjà y répondre un peu…