président de l'assemblée nationale

Alliance anti-corrida François de Rugy a été élu président de l'Assemblée nationale le 27 juin 2017, avec une majorité écrasante. Le 14 mai 2013, il écrivait à la présidente de l'Alliance Anticorrida : «  La corrida, pourtant considérée comme un acte de cruauté par la loi elle-même est donc tout à fait légale dans certaines de nos régions. Cette situation va à contre-courant des mesures mises en place en Europe du Sud depuis quelques années. Je m’oppose également au maintien des aides publiques accordées à la corrida. Les contribuables n’ont pas à financer de telles pratiques, qui plus est en ces temps difficiles de restriction budgétaire. En outre, je suis convaincu que la suppression de ces subventions contribuera à la disparition de la corrida : c’est le cas en Espagne où leur nombre a diminué de moitié et dans certaines villes du sud de la France, où les élus locaux n’ont pas reconduit ces aides. » Il est difficile d'être plus clair. On ne peut espérer qu'il n'ait pas changé d'avis depuis... Alliance Anti-corrida



contre la corrida


Alliance anti-corrida Bernard Deflesselles, député des Bouches-du-Rhône, écrivait à Claire Starozinski, dès 2012 : « Je partage votre opinion sur cette pratique d’un autre âge qui consiste à faire souffrir un animal pour le plaisir. La violence sur les animaux et sur les taureaux, en l’occurrence, est intolérable. » Alliance Anti-corrida

Alliance anti-corrida Marianne Dubois, députée du Loiret, a promis, en 2013, à une adhérente de l'Alliance Anticorrida d'agir en vue de l'interdiction des corridas. Choquée par les photos des taureaux et des chevaux, elle a confié désapprouver le fait que des enfants puissent assister à un tel spectacle.

Alliance anti-corrida Joël Giraud, député des Hautes-Alpes, a présenté, le 19 janvier 2016, une proposition de loi visant à supprimer l’alinéa du Code pénal qui autorise l’organisation de corridas. Il s’appuie sur le Code civil, qui reconnaît les animaux comme « êtres vivants doués de sensibilité ». Alliance Anti-corrida

Alliance anti-corridaJean-Christophe Lagarde, est maire de Drancy et député UDI de Seine Saint-Denis. En 2007, il répond à l'Alliance Anticorrida être « cosignataire de la proposition de loi qui demande l'interdiction de l'accès aux courses de taureaux comportant la mise à mort d'un animal aux mineurs de 15 ans. »

Alliance anti-corrida Yves Jégo, député UDI de Seine et-Marne, s'est engagé en cosignant l'appel des 90. En 2015, il dépose également une proposition de loi pour qu'un menu alternatif végétarien soit proposé dans les cantines.

Pompili Barbara Pompili, ex-EELV, députée LREM de la Somme, a cosigné, le 10 octobre 2013, la proposition de loi de Laurence Abeille visant à supprimer l’autorisation de sévices et d'actes de cruauté sur les animaux lors des corridas.

Alliance anti-corrida Eric Straumann, député de la première circonscription du Haut-Rhin et président du conseil départemental, nous affirme, par mail : « Oui, je suis contre la corrida qui est une pratique d'un autre âge. »  Il a signé plusieurs propositions de loi dans ce sens. Alliance Anti-corrida

Alliance anti-corrida Olivier Véran, médecin et député de l'Isère, nous répond : « Aucune mesure d'interdiction de la corrida n'est à l'ordre du jour. Si la question venait dans le débat public, je me positionnerai contre une pratique peu conforme à l'idée que je me fais du droit des animaux. »  Alliance Anti-corrida

Alliance anti-corrida Laurence Vichnievsky, ex-juge d'instruction, députée de La République en Marche. En avril 2014, elle avait invité l'Alliance Anticorrida au colloque Écolo-Ethik, co-organisé, au Sénat avec Chantal Jouanno et de nombreux invités prestigieux.

Alliance anti-corridaMichel Zumkeller, UDI, élu dans la 2e circonscription du Territoire de Belfort, a posé, en 2012, une question écrite au ministre de la Culture contre l'inscription de la corrida à l'inventaire du patrimoine culturel français. Alliance Anti-corrida

Alliance anti-corrida Sylvie Goy-Chavent, maire de Cerdon et sénatrice UDI de l'Ain, demande une commission d'enquête parlementaire sur les méthodes d'abattage des animaux. Révulsée par la corrida, elle a évidemment cosigné l'appel des 90.

jadot Yannick Jadot, eurodéputé : « Je m’oppose aux corridas et au financement des élevages des taureaux par l'UE. L’âge pour assister aux corridas est important. Oui pour en refuser l’accès aux moins de 14 ans comme le demande l’Alliance Anticorrida ».

Alliance anti-corrida Chantal Jouanno, sénatrice UDI de Paris, estime que : « La question de notre relation aux animaux n'est pas une démarche militante ou médiatique. Elle nous renvoie à notre conscience de l'humanité et aux valeurs qui nous relient à cette humanité. »

rivasi Michèle Rivasi, eurodéputée, se dit : « pour la restriction de l’accès des jeunes aux corridas. À l’heure où les États membres cherchent à couper dans le budget, il n’est pas concevable de maintenir la torture animale grâce aux aides européennes ». Alliance Anti-corrida

pour la corrida


Alliance anti-corrida Damien Abad, député de l'Ain, Les Républicains, s'était vu offrir par Jean-François Copé un poste de secrétaire national de l'UMP. Né à Nîmes, il nous a très sèchement répondu « Je suis POUR la corrida, merci de ne plus me contacter, je ne changerai point d'avis. » Alliance Anti-corrida

Alliance anti-corrida Louis Aliot, député de la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales, FN. Il déclarait le 25 novembre 2015, à Midi Libre : « Je ne vais pas aux corridas, je ne vois pas pourquoi on les interdirait. En revanche, je suis contre le fait que des enfants en bas âge aillent voir ces spectacles. »

Alliance anti-corrida Gilbert Collard, député du Gard, FN, nous répondait en 2012  : « La dégradation de ce spectacle me motive pour vous soutenir ». Un mois plus tard, au micro de Jean-Jacques Bourdin, il qualifiait la corrida de « danse sublime » appelant au « respect des traditions » Lire Midi Libre - Rue89.

Alliance anti-corrida Françoise Dumas, députée du Gard, La République en Marche, vice-présidente du groupe tauromachie à l'Assemblée nationale est régulièrement présente dans les arènes. En 2016, elle finance un club taurin nîmois avec sa réserve parlementaire. Alliance Anti-corrida

Alliance anti-corrida David Habib, député des Pyrénées-Atlantiques, PS, depuis 2002. Il a alloué 4 000 € à la Peña taurine garlinoise en 2016, sur sa réserve parlementaire. Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Bordeaux. Alliance Anti-corrida

Alliance anti-corrida Paul Molac, député du Morbihan La République en Marche, a été élu au premier tour. En 2014, il répondait à l'Alliance Anticorrida : « J’ai horreur du colonialisme qui consiste à dire à ceux qui n’ont pas ma culture ce qu’ils doivent faire ou pas, en fonction de mes codes, de mes jugements ou de mes préjugés. »

Alliance anti-corrida Bernard Reynès, député des Bouches-du-Rhône pour Les Républicains, est régulièrement présent dans les arènes. En 2016,il a donné  1 500 € à l'association Culture animations traditions qui promeut la corrida, sur sa réserve parlementaire. Alliance Anti-corrida

Alliance anti-corrida Gwendal Rouillard, député du Morbihan République en Marche, nous explique, en 2013  « Je voterai pas en faveur d'une proposition de loi contre la corrida, si elle est débattue, parce-qu'il faut respecter les opinions de chacun ». Alliance Anti-corrida

Vallaud Boris Vallaud, porte-parole du groupe Nouvelle gauche, époux de Najat Vallaud-Belkacem, a été élu dans les Landes. Ce n’est pas un inconnu dans le Gard. Il a été directeur de cabinet du préfet en 2005. On l’a souvent vu dans les arènes de Nîmes et il n’a jamais fait mystère de sa passion.

Valls Manuel Valls, ex-Premier ministre, PS, est réélu dans l'Essonne. Il déclarait le 11/09/2012, sur BFMTV : « La corrida est une culture qu'il faut préserver ». Et dans Midi Libre : « Plusieurs membres du gouvernement sont aficionados. On a une capacité à bloquer tout projet éventuel » !

Alliance anti-corrida Carole Delga, ex-ministre, présidente de la Région Occitanie, a assisté aux corridas de mai et de septembre 2015 à Nîmes. Reçus au Conseil régional, son porte-parole avait promis de nous envoyer la liste des subventions. Nous attendons toujours...

Alliance anti-corrida Christian Estrosi, maire de Nice, a assisté à la corrida de Chateaurenard en 2015. Il justifie les traditions sanglantes estimant qu'il faut « être proche de l'authenticité de ce qui a fait notre civilisation » ! La Provence.

Juppé Alain Juppé, maire de Bordeaux, affiche clairement son intérêt. En 2013, il déclare, en direct des arènes de Dax : « J'aime la corrida, je n'en vois pas assez. » Il s'est même déplacé pour l'inauguration du musée des cultures taurines, à Nîmes. Sud-Ouest - Midi Libre

Alliance anti-corrida Franck Proust, eurodéputé, adjoint au maire de Nîmes, déclare à Midi Libre, le 4 juin 2011  : « Parmi les dossiers à défendre, il y a les traditions taurines. La défense de la tauromachie sera un de mes combats devant la Communauté européenne. »

pour des mesures transitoires


Marine Le Pen Marine Le Pen « Je n'abolirai pas la corrida mais je pose cependant deux nouveaux principes. Je ferai voter une loi afin d'interdire l’accès aux corridas aux moins de 16 ans et je suis favorable à l’ouverture d’un débat parlementaire afin que chacun, opposant ou défenseur, puisse exprimer son opinion. » AnimalPolitique


Melenchon Jean-Luc Mélenchon « Il existe un cadre légal restrictif là où la corrida est une tradition culturelle ininterrompue. Il ne serait pas légitime d’organiser un débat parlementaire. Il est logique de laisser les collectivités locales traiter cette question. Pourrait être ajoutée une mesure pour n'autoriser les corridas qu'aux plus de 16 ans » Alliance Anti-corrida

Dupont-Aignan Nicolas Dupont-Aignan répond à l'Alliance Anti-corrida à l'occasion de la présidentielle 2017 : « Ma position s'est toujours voulue claire et honnête : il faudra tôt ou tard abolir la corrida, mais je privilégie la stratégie de la pédagogie et de la sensibilisation des jeunes générations au choc brutal des cultures régionales, qui pourrait cabrer certaines populations.
Je suis tout à fait défavorable à la présence d'enfants ou adolescents dans les spectacles de corrida et j'ai d'ailleurs cosigné plusieurs propositions de loi en ce sens. Ce ne sont pas les recommandations de l'ONU qui ont influencé ma position, mais mon souci de protéger les jeunes de toute scène de violence, qu'il s'agisse d'animaux, d'êtres humains. Je milite également en ce sens pour les programmes TV. Je suis tout prêt à favoriser un débat parlementaire sur la corrida, comme sur toute autre pratique ou loisir, qui n'est pas compatible avec le respect de la souffrance animale. »



les députés qui financent la corrida !

La réserve parlementaire est un ensemble de subventions d’État attribuées aux parlementaires qui soutiennent des activités de leur choix menées par des associations. Concernant la corrida voici l'argent public distribué par certains députés en 2016.

  • Françoise Dumas (Gard), vice-présidente du groupe tauromachie à l'Assemblée nationale, a donné 5 000 € à L'Union taurine nîmoise
  • Gilbert Collard (Gard), a donné 9 000 € au club taurin Toro passion de Saint Gilles
  • David Habib (Pyrénées-Atlantiques), a donné 4 000 € à la Peña Taurine Garlinoise
  • Bernard Reynès (Bouches-du-Rhône), a donné 1 500 € à l'association Culture Animations Traditions .
Alliance anti-corrida
Source : Assemblée nationale.

Vus dans les arènes !

Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes, a été « impressionné » et « n'a eu de cesse de féliciter les organisateurs » d'une corrida à Châteaurenard en 2008 (Gard). Il était accompagné par Jean-François Copé. Source  Bulletin municipal de Châteaurenard.

À Nîmes, pendant la feria des Vendanges de 2016, Benoist Apparu, maire de Châlons-en-Champagne, a assisté aux corridas du samedi et du dimanche. Source Midi Libre.

À Béziers, le 13 août 2015 Dominique Reynié ex-candidat aux élections régionales de 2015 pour la région Occitanie Était également présent Louis Aliot, député FN, qui a déclaré, le 25 novembre 2015, à Midi Libre : « Je ne vais pas aux corridas, je ne vois pas pourquoi on les interdirait. En revanche, je suis contre le fait que des enfants en bas âge aillent voir ces spectacles. »

À Nîmes, pour Pentecôte 2017, Philippe Saurel, maire de Montpellier, a été vu à la corrida. Source Midi Libre.

Alliance anti-corrida




télécharger la liste des députés

L'abolition des corridas passe nécessairement par un débat parlementaire. Comme plus de 500 adhérents et sympathisants à l'Alliance Anticorrida, rencontrez votre député(e) et demandez-lui, pour commencer, de déposer une proposition de loi visant à interdire l’accès aux corridas aux moins de quatorze ans.