02/09/2016

Le handicap au service de la tauromachie

Courir avec Sarah

 

Dans Midi Libre, on apprend que le matador Camille Juan organise, le 1er octobre à Vauvert, une corrida au profit de l’association « Courir avec Sarah », du prénom d'une jeune fille polyhandicapée. Sa maman, Valérie Carreau, déclare qu'elle n'emmènera pas Sarah voir cette corrida car « ce serait trop long pour elle » mais qu'elle lui expliquera « ce que fait Camille ».

Or, à la lecture de l'article se pose, pour tout un chacun, la question légitime du désintéressement de Camille Juan. Le journaliste estime en effet qu'il s'agit-là d'un « défi lancé aux directeurs d'arènes de France et de Navarre qui l'ont oublié ». Le matador, qui n'a pas toréé depuis deux ans, espère, grâce à cette publicité, « décrocher enfin des contrats » et « forcer les portes des arènes »…

José Manrubia, torero lui aussi, avoue qu'il s'agit bien d'un « geste pour interpeller l'aficion ».

Loin d'être persuadée que « Sarah supporterait d'assister aux sévices infligés aux taureaux en son nom », Claire Starozinski, présidente de l’Alliance Anti-corrida, a écrit à Valérie Carreau pour la « supplier de refuser la recette de cette corrida, comme l'a fait, à [sa] demande, la maman de la petite Sophie, atteinte de dystonie musculaire ». D'autant qu'il s’agira d'une corrida particulière, dite de « bienfaisance », avant laquelle les taureaux, souvent de « deuxième choix », subiront légalement une amputation à vif des cornes ! En acceptant cet argent, issu d'un spectacle qui supplicie des animaux, ce sera donc l'image de Sarah qui se mettra au service de la tauromachie. Et non l'inverse.

Une tauromachie sur le déclin qui veut redorer son blason en se voulant inattaquable, à défaut d'être défendable. Il existe pourtant d'autres moyens pour récolter des fonds : l'Association des paralysés de France, les Restos du cœur, l'association Rêves et Emmaüs-Gironde l'ont compris, en refusant, à la demande de l'Alliance Anticorrida, toute recette issue d'une corrida.

des dizaines de courriers polis et compatissants adressés à la maman de Sarah sont restés lettres mortes. Vous pouvez écrire, en espérant que vous saurez la convaincre de renoncer à cette opération, qui n'a de bienfaisance que le nom...

J'écris à la maman de Sarah